Financi’Elles, « Global Partner » du Global Summit of Women 2017

Commentaires

des convictions et des idées en direct des réseaux ! la mixité en action
Global

3 questions à Anne de Blignières, membre d’honneur de la Fédération Financi’Elles

Anne de Blignières est médiatrice du groupe Caisse des Dépôts. Co-fondatrice de Financi’Elles, elle en a été la co-présidente jusqu’à l’automne 2016. Elle en est aujourd’hui membre d’honneur, aux côtés de Nathalie Rachou, Clara Gaymard et Arielle de Rothschild.

Elle est à l’origine du partenariat que notre Fédération des réseaux mixité de la banque, finance, assurance a scellé avec le Global Summit of Women, dont la 24ème édition se tiendra à Tokyo, du 11 au 13 mai 2017. Et elle y sera, bien sûr !
Le blog Financi’Elles est allé l’interroger sur les raisons et les attentes de ce partenariat avec l’une des plus grandes manifestations internationales dédiées à la mixité.

 

 

Pourquoi est-ce important pour Financi’Elles de participer au Global Summit of Women ?

Anne de Blignières

Anne de Blignières

Anne de Blignières : Le Global Summit of Women est le plus grand événement international dédié à la mixité, et il en a été le précurseur dès 1990. Il s’intéresse aux enjeux globaux comme aux problématiques propres à chaque région, et se tient chaque année dans un pays différent (en France en 2014).

L’un de ses atouts essentiels est qu’il implique toujours le gouvernement et des grandes entreprises du pays d’accueil. De cette façon, il confère aux questions liées à la mixité un éclairage médiatique majeur, et contribue à faire progresser le niveau de réflexion et de discussion sur l’égalité femmes/hommes dans tout un pays.

 

Par ailleurs, je trouve important de signaler que le Global Summit of Women pratique une tarification “abordable”, ce qui le rend accessible à des femmes entrepreneures jeunes, issues de divers milieux. 1 000 femmes du monde entier (70 pays) y participent, et le public est ainsi sans doute plus diversifié que dans la plupart des autres grandes manifestations croisant les sujets mixité, business et institutions.

 

 

Est-ce que le partenariat entre Financi’Elles et le Global Summit of Women signe le début d’une démarche d’internationalisation pour notre Fédération ?

Global SummitAnne de Blignières : Financi’elles est désormais “global partner” du Global Summit of Women. Financi’Elles est née en France, mais la majorité des entreprises membres de la Fédération ont des implantations à l’étranger, certains de nos réseaux membres ayant aussi une déclinaison dans plusieurs pays. Nous avons noué des relations avec des réseaux européens, comme EWoB (European Women on Boards). La participation au Global Summit of Women s’inscrit donc naturellement dans notre approche d’une mixité porteuse de performance et de progrès dans notre secteur, mais aussi dans toute l’économie et partout dans le monde.

 

La France a su créer une dynamique de la mixité, que certains nous envient : notre pays a construit un ensemble de bonnes pratiques, applicables au tissu économique, tous secteurs confondus, et qui relance les espoirs de faire éclater plus rapidement le plafond de verre. Evoquons le succès de la loi Copé-Zimmermann, qui a permis d’accélérer en 6 ans la mixité de la gouvernance des plus grandes entreprises françaises (sans les déstabiliser !), et suscite un grand intérêt à l’étranger ; l’indice Zimmermann vient d’être créé pour prolonger le travail engagé, notamment en mesurant au niveau national les progrès de la mixité des Conseils, des Comex et du senior management. N’oublions pas le partenariat de Financi’Elles avec Ethics & Boards, qui a conçu pour nous, il y a un an, le premier indice de féminisation de la gouvernance du secteur banque-finance-assurance : internationaliser notre indice serait sans doute pour notre fédération un outil de performance supplémentaire.

 

 

Pensez-vous que l’on puisse bâtir une culture mondiale de la mixité ?

Capture d'écran 2017-04-13 15.58.07Anne de Blignières : sous l’égide de l’ONU, la mixité est un sujet qui concerne les gouvernements et les acteurs économiques du monde entier. Mais certains pays considèrent bien sûr cette question à l’aulne de leur propre civilisation : la politique active de mixité menée en France n’est ainsi pas toujours transposable partout et à court terme. En effet, la place des femmes dans les entreprises remet en cause la culture et les codes installés. C’est, avec le digital et les dynamiques impulsées par les nouvelles générations, un facteur majeur de transformation des économies et des sociétés. 

 

Certains n’y étaient pas prêts mais évoluent, par exemple le Japon qui veut aujourd’hui mettre en place une nouvelle politique facilitant la place des femmes dans les entreprises : pour le pays, c’est devenu un enjeu capital de performance car il souffre d’un cruel manque de main d’œuvre, et comprend maintenant l’utilité du vivier de compétences des millions de femmes écartées jusqu’alors de la vie en entreprise.
Nos réseaux sont porteurs d’espoir, mais nous devons conserver une grande vigilance en mesurant encore et encore les progrès accomplis, et en nous unissant pour les porter toujours plus haut !

 

 

Propos recueillis par Marie Donzel, pour le blog Financi’Elles

 

 

La délégation française au Global Summit of Women

La délégation française au GSW 2017 a été reçue fin mars par M. Masato Kitera, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon en France, et ce matin (10 avril) par Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes. Muriel Pénicaud ambassadrice déléguée aux investissements internationaux, en est le leader, et Anne de Blignières en est, avec Elisabeth Richard (ENGIE) l’une des deux co-chairs.
Elle comprend 27 membres, issues du monde de l’entreprise, et de nombreuses responsables de réseaux professionnels féminins.
Avant l’ouverture de la manifestation, la délégation se retrouvera le 10 mai à Tokyo autour de Thierry Dana, ambassadeur de France au Japon, dans le cadre d’un échange B2B avec des femmes entrepreneures japonaises.

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
2 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *