Les rôles-modèles des participant.es au FDay

Commentaires

des convictions et des idées en direct des réseaux ! la mixité en action
IMG_7821

 

Lors du FDay, rencontre des réseaux fédérés par Financi’Elles, les participant.es ont pu vivre, le temps d’un networkshop, l’expérience de se projeter dans l’identité d’un homme ou d’une femme incarnant, d’une façon ou d’une autre, le combat pour la mixité.

20 personnalités emblématiques leur étaient ainsi proposées : Victor Hugo, Beyoncé, Andy Murray, David Bowie, Nellie Blye, Coco Chanel, Marguerite Yourcenar, Muhammad Yunus (retrouvez ici en PDF la liste complète des Avatars FDay).

Mais il a également été offert aux participant.es du FDay la possibilité de suggérer des noms de figures inspirantes, via des bulletins d’expression libre. Le blog Financi’Elles vous révèle qui sont les rôles-modèles des femmes et des hommes de Financi’Elles

 

Les défenseures de l’IVG

Simone Veil

Disparue quelques jours avant le FDay, Simone Veil a fait l’objet d’un vibrant hommage de la Secrétaire d’Etat Marlène Schiappa… Et recueilli la majorité des suffrages spontanés de la soirée. Celle qui, en 1974, « s’excusait » de prendre la parole « devant une assemblée presque exclusivement composée d’hommes » pour « partager sa conviction de femme » sur la nécessité de dépénaliser l’IVG est également saluée par les Financi’Elles pour son accession au poste de Présidente du Parlement européen, en 1979. Elle fut la première femme à ce poste et n’eut, depuis, qu’une seule successeure (Nicole Fontaine de 1999 à 2002).

download-1

 

Gisèle Halimi

Gisèle Halimi est fortement associée dans les esprits au « Procès de Bobigny ». Signataire du Manifeste des 343 et co-fondatrice du mouvement « Choisir la cause des femmes », l’avocate est contactée par la mère de la jeune Marie-Claire qui a avorté après avoir été violée, ce qui leur vaut à toutes deux ainsi qu’à trois autres femmes, d’être inculpées. Avec leur accord, Simone de Beauvoir et Gisèle Halimi décident de faire de ce procès celui de l’IVG, contribuant par la médiatisation de l’affaire à l’évolution vers la loi Veil qui sera voté deux ans après. L’action militante de Gisèle Halimi se poursuit tout au long de sa vie : en 2010, elle obtient le principe de la « clause de l’Européenne la plus favorisée », qui vise à l’harmonisation par le haut des droits des femmes au sein de l’Union européenne.

arton32050-2ed2e

 

Les Révolutionnaires

Olympe de Gouges

« Une révolutionnaire » indique l’un des bulletins du FDay marqués du nom d’Olympe de Gouges. Si la rédactrice de la Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne semble désormais sortie des marges de l’histoire pour y prendre sa juste place d’intellectuelle des Lumières, aux côtés de son ami Condorcet, de Rousseau ou de Montesquieu, la richesse de son oeuvre et la variété de ses combats reste encore insuffisamment connus du grand public. Il faut notamment se souvenir qu’elle fut l’une des personnalités de son siècle les plus engagées pour l’abolition de l’esclavage, une pionnière de l’idée d’entrepreneuriat social, suggérant notamment la création d’ateliers nationaux pour l’insertion des chômeurs que Louis Blanc théorisera dans les années 1830 et que le gouvernement provisoire de 1848 expérimentera après la proclamation du « droit au travail »

download-3

Louise Michel

Une autre révolutionnaire est saluée par les Financi’Elles : la figure clé du mouvement libertaire et de la Commune de Paris Louise Michel. Institutrice dans la Haute-Marne, elle gagne Paris à l’âge de 26 ans où tout en exerçant sa profession avec passion, elle fréquente les milieux intellectuels et fait la rencontre de Jules Vallès qui l’embarque dans l’aventure du « Cri du Peuple, » journal d’opposition au gouvernement d’Adolphe Thiers. Membre du Comité de Vigilance de Montmartre, elle est sur les barricades au moment de la Commune. Arrêtée, elle est condamnée à la déportation en Nouvelle-Calédonie. Elle s’y engage dans la défense des droits des kanaks. A son retour en France, elle prend part au mouvement antimilitariste, au combat contre la peine de mort et, bien entendu, au féminisme. On lui doit sur cette dernière question, quelques bonnes formules, toujours utiles à méditer : « Si l’égalité entre les deux sexes était reconnue, ce serait une fameuse brèche dans la bêtise humaine » et « Notre place dans l’humanité ne doit pas être mendiée, mais prise. »

Louise_Michel,_grayscale

 

Les pionnières

Marie Curie

La première femme à recevoir un prix Nobel compte parmi les rôles-modèles des Financi’Elles… Qui pour certain.es se sont étonné.es qu’on leur ait proposé Pierre Curie dans la liste des avatars sélectionnés par l’équipe organisatrice du FDay. Bien vu! L’intention était effectivement de surprendre en mettant en évidence une certaine inversion des rôles : car, rares sont les cas où l’on identifie plus immédiatement la femme que l’homme d’un couple. « Oublier » Marie Curie était aussi notre façon d’aborder le « complexe de Madame Curie », mis en évidence par l’historienne américaine Julie Desjardins. Selon celle-ci, rejointe par l’historienne Nathalie Pigeard-Micault en charge des archives du Musée Curie et biographe de Marie Curie, c’est faire un contre-sens majeur d’assimiler toute la figuration de la science au féminin à l’ « icône » Marie Curie. Parce que Marie Curie, qui a formé plus de 60 femmes scientifiques dans son laboratoire ne saurait se trouver en situation d’éclipser toutes celles qui l’ont précédée et l’ont suivie en étant la seule femme de science retenue par l’imaginaire collectif.

marie_curie

 

Alexandra David-Néel

L’exploratrice franco-belge Alexandra David-Néel est citée par les Financi’Elles au titre de rôle-modèle. Après une première carrière de cantatrice à la fin du XIXè et au début du XXè siècle, elle décide de partir voyager en Asie : d’abord en Inde, où elle rencontre le 13è dalaï-lama en exil, puis au Tibet dont elle franchit la frontière sans permission ; au Japon, en Corée, en Chine… De retour en France au milieu des années 1920, elle écrit plusieurs ouvrages relatant ses voyages et donne des conférences partout en Europe. Elle repart à l’aube de ses 70 ans en Asie, par le transsibérien et se retire au Tibet pendant 5 ans… Signalons aussi qu’elle a participé aux mouvements féministes de son époque, notamment comme journaliste pour la revue « La Fronde », fondée par Marguerite Durand en 1897, dans un contexte d’industrialisation de l’économie, appelant les femmes au travail sans qu’elles puissent pour autant disposer de leur salaire (jusqu’en 1907).

alexandra_david_neel

 

 

Les intellectuel.les

Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir prend aussi sa place au panthéon des Financi’Elles. L’incontournable philosophe du mouvement de libération des femmes laisse quelques mots d’une justesse inaltérée qu’il nous est bon de rappeler aux esprits : « Se vouloir libre, c’est aussi vouloir les autres libres », « une femme libre est exactement le contraire d’une femme légère« , « N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

download-4

 

Françoise Giroud

Autre grande figure de l’émancipation féminine : Françoise Giroud (d’ailleurs citée pendant la table ronde du FDay par Garance Wattez-Richard, Co-Présidente de Mix’In : « La féminité n’est pas une incompétence, elle n’est pas une compétence non plus. »). Journaliste, elle fut la première directrice de la rédaction du magazine « Elle » lancé par Hélène Lazareff avant de fonder « L’Express » avec Jean-Jacques Servan-Schreiber. Bien qu’elle ait appelé à voter pour François Mitterrand en 1974, Françoise Giroud est nommée par le Premier ministre Jacques Chirac à la tête du premier secrétariat d’état à la condition féminine. Elle lance un programme de 101 mesures pour l’égalité et en faveur des femmes. Après la politique, elle participe à la création de l’ONG « Action contre la faim » et se consacre à l’écriture.

AVT_Francoise-Giroud_2973

 

Elisabeth Badinter

La très médiatique Elisabeth Badinter se fait aussi une place dans la galerie des rôles-modèles des Financi’Elles. Sa carrière d’essayiste débute en 1980 quand elle publie L’amour en plus, réflexion critique sur l’amour maternel, tel qu’il est considéré comme une naturelle évidence par la société. Ce thème de la maternité sociale qui restreint sournoisement la liberté des femmes est, avec celui de la virilité et de la prise en compte de la situation des hommes dans le combat pour l’égalité, au coeur de ses travaux depuis.

Elisabeth-badinter

 

Caroline Fourest

L’essayiste Caroline Fourest est suggérée. Militante pro-choix, elle combat sans relâche les extrémismes et défend la laïcité. Elle est co-auteure, avec Fiametta Venner,  d’une série documentaire consacrée aux femmes musulmanes et avec Nadia El Fani d’un film consacré au mouvement Femen.

AVT_Caroline-Fourest_4637

 

 

 

Les artistes

Agnès Varda

Agnès Varda est citée parmi les grandes figures des droits des femmes par les participant.es au FDay. L’une des rares réalisatrices de la Nouvelle Vague, elle est l’artisane d’un autre regard sur les personnages féminins et les rapports entre femmes et hommes au cinéma. A contre-courant d’une imagerie « sex symbol » centrant les relations autour du jeu de séduction vu depuis le point de vue des hommes, elle donne à voir des femmes aux prises avec leurs problématiques propres, leurs aspirations, leurs imperfections, leurs désirs, leurs difficultés. A partir de 1977, son cinéma est plus ouvertement féministe : plusieurs de ses films et documentaires se font la chronique des évolutions de la condition des femmes, et notamment de leur émancipation.

 

media

 

Elisabeth Vigée Le Brun

Autre artiste témoin de son époque : la peintre Elisabeth Vigée Le Brun. Le plus célèbre de ses tableaux est le portrait d’après nature de la Reine Marie-Antoinette. Cet objet de notoriété, ajouté à sa réputation historique de fervente royaliste, fait parfois oublier qu’elle fut une artiste rebelle aux conventions de son temps. D’abord, en exerçant un métier dit d’homme (et elle va exiger la reconnaissance de ses pairs en se présentant à l’Académie royale). Ensuite, en étant ce qu’on appellerait aujourd’hui une influenceuse de tendances : en faisant poser la reine en « gaulle » (tunique d’intérieur assimilé à un sous-vêtement), elle en lance la mode dans le Tout-Paris des années 1780, au grand désarroi d’une cour conservatrice qui ne goûte pas trop cette libération vestimentaire des dames.

download-5

 

Niki de Saint-Phalle

Autre temps, autre style : Niki de Saint-Phalle. Créatrice hors norme d’objets artistiques extravagants, poétiques et colorés, elle a pour matière première de son inspiration ses propres expériences et visions de l’existence. Elle assume un militantisme sans détours, soutenant le mouvement des droits civiques, le féminisme et la lutte contre le sida. Ses célèbres « Nanas » parlent d’une féminité joyeuse, décomplexée, exubérante, pleine de vitalité. La créatrice ne se cache pas de son intention de donner un contre-point à toutes les imageries de la femme-objet.

niki-de-saint-phalle_portrait

 

 

 

Les leaders

Virginie Guyot

Un bulletin du FDay propose le nom de Virginie Guyot. Et c’est bien vu, car elle fait partie des femmes qui entrent dans l’histoire en étant les premières à occuper un poste ou une fonction. Pour Virginie Guyot, c’est celle de pilote au sein de la Patrouille de France puis de leader de ce groupe de voltige. Le plus surprenant, c’est que c’est tout récent : la nomination de Virginie Guyot remonte à 2009. Eh oui, il y a encore des responsabilités auxquelles des femmes n’ont jamais accédé.

Virginie-Guyot

 

Isabelle Kocher

Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie,  n’est pas la toute première femme à diriger une entreprise du CAC40, mais c’est rien de dire qu’elles sont et restent rares, celles qui accèdent au plus haut échelon de la hiérarchie des plus grandes entreprises françaises. Est-ce le discours engagé de Pierre Deheunynck, DGA en charge des ressources Humaines d’Engie, saluant sur la scène du FDay sa patronne et prenant clairement position en faveur de la banalisation du leadership féminin, qui aura donné la bonne idée aux participant.es du FDay de glisser des bulletins en faveur de ce rôle-modèle?

isabelle_kocher_cp

 

Marie-Jo Zimmermann

Marie-Jo Zimmermann est distinguée par les participant.es du FDay qui voient dans sa loi sur les quotas de femmes dans les conseils d’administration un levier essentiel pour faire éclater le plafond de verre. Cette loi a effectivement donné de probants résultats sur son périmètre d’application et a eu le mérite de mettre durablement à l’agenda la question de l’accès au pouvoir des femmes dans le monde économique. L’indice qui porte son nom permettra de suivre les évolutions de cet objectif au niveau des ComEx et de l’encadrement supérieur des grandes organisations.

220px-Marie_Jo_Zimmermann

 

Les « premières dames »

Michelle Obama

L’organisation du FDay a proposé Barack Obama comme figure d’incarnation de la mixité. Les participant.es ont plébiscité Michelle Robinson, comme son Conjoint aime à l’appeler. Brillante avocate, c’est une femme d’engagement qui porte avec conviction les thèmes de l’accès à l’éducation et à la santé pour le plus grand nombre.

 

Brigitte Macron

Elle n’a pas officiellement le titre de « première dame », mais Brigitte Macron convainc aussi les participant.es du FDay de son pouvoir d’incarnation d’une féminité inspirante.

Brigitte_Macron_(July_2017)_(cropped)

 

Les imaginaires

Gaston Lagaffe

« Pour le plancher de verre » (notion évoquée par Garance Wattez-Richard au sujet de la pression que subissent les hommes ), nous avons un vote en faveur de Gaston Lagaffe! M’enfin! , on a dit que les hommes ne sont pas obligés d’être tout le temps des winners… Mais de là à les encourager à être des anti-héros cossards ! Gardons peut-être plutôt de Gaston l’image d’un rêveur idéaliste qui ne manque pas d’astuce.

illus0117_gaston_dargaud-lombart

 

Dora l’exploratrice

Parmi les rôles modèles imaginaires, les Financi’Elles proposent Dora l’exploratrice. Et pourquoi pas? Une fillette cheffe de bande qui a plus d’un tour dans son sac mais pas la langue dans sa poche, et qui part vivre de folles aventures, ça se défend.

dora-l-exploratrice_70559189_1

 

 

Les inoubliables

« Toutes nos mamans et nos grands-mères qui sont battues pour leurs filles »

On ne les remercie jamais assez, nos mères et grands-mères, entre autres aînées, qui ont mené le combat pour l’égalité avant nous et nous ont transmis la flamme. Espérons que nos filles et garçons remercieront aussi demain leurs pères, pour avoir été des hommes égalitaires!

 

African American Grandmother, Mother And Daughter In Park

 

Marie Donzel, pour le blog Financi’Elles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
6 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *