Le réseau Euler Hermes Neo rejoint Financi’Elles

Commentaires

des convictions et des idées en direct des réseaux ! la mixité en action
image002

 

Le 21 novembre 2017, le réseau Euler Hermes Neo a rejoint Financi’Elles.

Rencontre avec Jennifer Baert, Directrice groupe de l’indemnisation et du recouvrement d’Euler Hermes, Présidente du réseau Euler Hermes Neo.

 

 

Pouvez tout d’abord nous en dire plus sur Euler Hermes ?

downloadJennifer Baert : Euler Hermes est le leader mondial des solutions d’assurance pour les échanges commerciaux. N°1 de l’assurance-crédit en France et dans le monde, Euler Hermes contribue au développement rentable des entreprises en garantissant leur poste client. Nous sommes également spécialiste des métiers de la caution et de l’assurance fraude. Notre réseau international de surveillance permet d’analyser la stabilité financière de 83 millions de sociétés. Basée à Paris, la société est présente dans plus de 50 pays avec plus de 5 800 employés. Membre du groupe Allianz, le groupe est noté AA par Standard & Poor’s. La société a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 2,6 milliards d’euros en 2016 et garantissait pour 883 milliards d’euros de transactions commerciales dans le monde fin 2016.

 

Est-ce que vous pouvez nous parler d’Euler Hermes NEO, le réseau féminin d’Euler Hermes ?

image003Jennifer Baert : Le réseau féminin d’Euler Hermes a été créé il y a 4 ans. Il était orienté vers les actions de développement pour les femmes (mentoring, speech masters), mais il restait limité à la holding, et ne comprenait que des femmes. Quand j’ai pris la présidence du réseau il y a 6 mois, avec une nouvelle équipe, nous avons voulu lui donner un nouvel élan.

On ne pouvait plus rester qu’entre femmes, parce que cela contribuait à les culpabiliser,  leur dire que le problème c’était elles, qu’elles n’osaient pas assez. Cela nous tenait à cœur d’éviter cette culpabilisation.

Nous voulions aussi éviter une posture vindicative à l’égard des hommes. Nous pensons que la solution repose sur tous, hommes et femmes, harmonieusement. Nous voulions aussi étendre le réseau à l’ensemble des implantations du groupe pour avancer de manière homogène.

 

Quelles modifications avez-vous apporté au réseau pour répondre à ce nouvel élan ?

image002Jennifer Baert : Nous avons ouvert le réseau aux hommes et à toutes les implantations du groupe. Tout le monde est concerné et doit bénéficier d’un environnement offrant une égalité des chances.

Nous avons aussi changé le nom du réseau. Nous sommes passés de « Euler Hermes Women’s Network » à « Euler Hermes NEO », pour « Network for Equal Opportunities ».

Nous sommes désormais organisés autour de trois piliers, trois groupes de travail, dénommés à partir des lettres de NEO:

  • Networking & Communication
  • Education & Development
  • Observatoire & Cultural Change

Ce dernier pilier est totalement nouveau pour nous et nous semble très important. Il permet de dire qu’on ne travaille pas uniquement sur l’individu et les actions de formation, mais aussi sur l’organisation toute entière qui doit évoluer.

Enfin, nous avons adhéré à Financi’Elles. Nous sommes très fiers de devenir membres et de rejoindre tous les réseaux membres. C’est une opportunité pour nous et pour le management de montrer son engagement en faveur de la diversité.

 

Racontez-nous l’évènement du 21 novembre 2017…

image005Jennifer Baert : C’était essentiel pour nous de passer à l’étape suivante et d’accélérer. Accélérer notamment le changement culturel qui doit permettre à tous les bastions masculins de l’entreprise d’évoluer vers un meilleur équilibre. Cette évolution, qui doit permettre aux femmes de s’intégrer partout dans l’entreprise y compris aux plus hauts niveaux de l’organisation, ne se fait pas assez vite ; c’est pour cela que nous avons intitulé l’évènement « accelerate on gender diversity ». L’évènement du 21 novembre a permis de présenter cette nouvelle dynamique, notre adhésion à Financi’Elles, notre nouveau nom, notre volonté d’être force de changement dans l’organisation, de rallier tout le monde à la cause.

Nous sommes dans une situation comparable à celle de la plupart des membres de Financi’Elles. Nous avons 37% de femmes managers, mais seulement 7% au directoire et 15% dans l’équipe de direction, avec les CEOs de régions. Le 21 novembre, pour la première fois, le directoire et les CEOs de régions ont assisté à un évènement de NEO, leur présence était un message très important pour nous. Cela montre l’engagement du top management, mais aussi la volonté de l’ensemble du groupe de s’engager. Cela ne doit pas être uniquement une dynamique de siège, de holding.

 

Quel message avez-vous voulu faire passer ?

Jennifer Baert : Outre le fait que la diversité est l’affaire de tous, nous avons voulu montrer, chiffres à l’appui, que la diversité est synonyme de performance, que le groupe a autant à y gagner que les individus.

 

Votre nouvelle approche est-elle bien reçue par les hommes ?

quote-the-human-race-is-like-a-bird-and-it-needs-both-wings-to-be-able-to-fly-and-at-the-moment-emma-watson-91-28-29Jennifer Baert : J’aime beaucoup la citation d’Emma Watson, selon laquelle l’humanité est comme un oiseau, qui ne vole jamais aussi bien qu’avec ses deux ailes totalement déployées. Actuellement une de ses ailes reste repliée, et l’oiseau ne va jamais pouvoir voler aussi haut et aussi loin. C’est fondamental pour moi et c’est vrai d’une société et d’un groupe.

Les réseaux en faveur de la mixité ne sont pas là contre les hommes, ce ne sont pas les femmes contre les hommes, c’est une question d’équilibre, d’harmonie, d’avoir nos deux ailes parfaitement déployées pour le bénéfice de tous.

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
4 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *